La spécialisation intelligente Occitanie
Petit et grand cycle de l’eau

Enjeux du domaine

L’exploitation concertée des ressources, la gestion des masses d’eaux et des écosystèmes aquatiques constituent un des enjeux majeurs du XXIe siècle, en termes sanitaire, alimentaire, énergétique, sociétal, économique, environnemental, mais aussi politique et géopolitique. Soumise aux pressions anthropiques avec un afflux de population supérieur à 50 000 habitants par an (la population a augmenté de 18,2 % de 2000 à 2015 en Occitanie), au tourisme saisonnier, à l’étalement urbain, la région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée est confrontée à différents aléas : inondations, sécheresse, mouvements de terrain, submersion marine et érosion du littoral, risques technologiques (industriel, nucléaire…), urbains, pollutions diffuses (nitrates, pesticides). Elle est représentative d’autres zones géographiques du globe, qui sont déjà confrontés aux changements globaux, notamment à l’interface eaux continentales / eaux littorales. La région Occitanie est caractérisée par une agriculture diversifiée qui nécessite une ressource en eau importante pour l’activité agricole, pour l’alimentation du bétail et pour l’irrigation.  L’eau présente également un atout régional en matière de production d’énergie renouvelable (2eme rang national des régions en termes de production hydroélectrique) pour atteindre les objectifs de diminution de gaz à effets de serre (GES) notamment, et s’inscrire dans la trajectoire « Région à Energie Positive » engagée par la Région Occitanie.  L’ambition consiste à devenir une référence en matière de solutions intégrées (produits et procédés technologiques, services innovants) répondant aux besoins d’aires géographiques cibles (régions françaises, méditerranéennes, autres pays). Cette ambition est portée par un écosystème régional structuré qui se développe, et qui valorise au plan régional, national et international, ses compétences et savoir-faire. En regard d’un marché de l’eau (aujourd’hui estimé à 370 Milliards €) qui devrait dépasser à 600 Milliards € en 2020, six ensembles de solutions intégrées ont été ciblés :

  • Identification, exploration des réservoirs complexes et leur exploitation, gestion concertée
  • Captage, potabilisation. transfert, réseaux d’eaux intelligents
  • Eaux dédiées aux productions alimentaires et non alimentaires
  • Assainissement (traitement centralisé, décentralisé), avec valorisation matières et eaux épurées
  • Eaux industrielles et de process (dont oil & gas, industries extractives)
  • Ingénierie, et génie écologique adapté aux milieux confrontés aux changements globaux

Données macro-économiques / compétences

Economie & innovation
  • Plus de 500 entreprises de spécialités (prédominances TPE et PME/PMI, ETI, Grands Groupes) contribuant à tous les métiers « eau », et membre d’organisations professionnelles (UIE, FP2E, EFBW, ASTEE, FRTP, SYNTEC …), de Pôle de compétitivité (Aqua-Valley), de cluster (TerInov). Des compétences et savoirs reconnus en matière d’ingénierie, d’instrumentation et modélisation des hydrosystèmes, de prise en compte des vulnérabilités économiques et sociales, de procédés de traitement et recyclage/réutilisation des eaux…
  • Un salon international : HydroGaïa à Montpellier
  • 1ère région thermale de France, avec une diversité remarquable d’eaux embouteillées.
  • 2ème région en EnR hydro électrique, et potentiel géothermique significatif.
  • Un large panel d’utilisateurs des ressources en eau : industries, tourisme/loisir, agriculture (périmètres irrigués), aquaculture, collectivités (usages AEP/assainissement soumis à de fortes variations saisonnières).

Un Pôle de compétitivité à vocation mondiale, Aqua-Valley (plus de 220 entreprises de spécialité ; 23 institutions de recherche et de formation sur le territoire Occitanie, PACA), qui coordonne les actions à l’international des 3 pôles de compétitivité eau (avec DREAM et HYDREOS)

Recherche & Transfert
  • Une importante communauté scientifique, notamment structurée par un institut fédératif : l’Institut Montpelliérain de l’Eau et de l’Environnement (IM2E) qui s’appuie sur 15 laboratoires regroupant 400 scientifiques et 150 doctorants, avec une notable implantation et visibilité scientifique à l’étranger (Maghreb, Afrique de l’Ouest et Centrale, Afrique Australe, Asie, Inde, Amérique Latine). IM2E, soutenu par 17 organismes de recherche et établissements d’enseignement supérieur, promeut l’interdisciplinarité pour répondre aux enjeux cruciaux à venir dans le domaine de l’eau. L’Institut est, avec Aqua-Valley, partie prenante du projet Hydropolis, complexe scientifique et technologique interdisciplinaire de plus de 6000 m2.   

 

  • Des compétences fortes en observation de la terre et des écosystèmes aquatiques, avec :
    • Un Observatoire Midi-Pyrénées (OMP) qui consacre 30% de son activité au domaine de l’eau (CESBIO en physique et télédétection, modélisation, DTP en compétences satellitaires, ECOLAB en éco-toxicologie, LA sur les risques, LEGOS en environnement et physique océanique et le GET en hydrologie).
    • Un Observatoire de Recherche Méditerranéen de l’Environnement (OREME) dont une part très importante de l’activité est consacrée au domaine de l’eau à travers 4 des 8 Unités de recherche qui lui sont rattachées (HSM de la biogéochimie aux événements extrêmes en passant par les eaux souterraines et l’étude du cycle hydrologique, GM sur les risques naturels et les ressources en eau, G-EAU sur la gestion intégrée et adaptative de l’eau, TETIS sur la maîtrise de l’information spatiale).

 

  • Des recherches menées dans les domaines des ressources en eau et de leur gestion par : AIR sur les aspects agronomiques, le CERTOP en organisation, l’IMFT (Groupe HYDROECO , Hydrologie de Surface et Eco-hydraulique) qui étudie la réponse des bassins versants à une sollicitation extérieure naturelle ou anthropique ou Groupe OTE, Ondes, Turbulences, Environnement qui contribue à la compréhension et la modélisation de processus hydrodynamiques de petites et moyennes échelles,  le LERNA, le LAMETA et le LEREPS en économie, le LISAH sur les interactions eau-sol-agriculture, le BRGM/NRE sur les ressources en eau souterraines, GRED et ART-DEV sur les approches en sciences sociales, ITAP sur l’évaluation environnementale des procédés, LGEI sur le risque environnemental…

 

  • Sur la production d’eau et l’assainissement, le LISBP-INSA et le LGC travaillent sur les aspects procédés (dépollution d’effluents par séparation, dégradation chimique, biologique ou électrochimique de la pollution, traitement de l’eau en vue de sa potabilisation, réutilisation des eaux usées traitées, systèmes microbiens et bioprocédés, procédés hybrides…), le CIRIMAT et LGC travaillent sur des problématiques matériaux, le LBE sur l’élimination des micropolluants organiques, la réutilisation des eaux usées, l’IEM sur les procédés membranaires,…

 

  • De nombreuses plateformes techniques (AETE-ISO, PReSTI…), halles technologiques (LBE INRA Narbonne, Halle hydraulique Supagro Montpellier, IEM …), sites expérimentaux instrumentés (Bassins versants, réutilisation d’eaux de qualité maîtrisées) et démonstrateurs (Eaux souterraines Plaine du Roussillon…)…

 

  • Un Institut des Sciences du Risques abordant notamment les risques inondations, submersion marines (EMA Alès), un CRITT Génie des Procédés – Technologies environnementales à Toulouse, une Plateforme Technologie Eaux et Déchets à Albi…

 

  • Un large panel de formations initiales (DUT, BTS GEMEAU, Master Géologie des réservoirs, Master Eau, Ingénieur STE Polytech, Doctorats de spécialités par exemple) dispensées dans différents organismes d’enseignement supérieur, recherche, formation (Universités, Ecoles d’ingénieurs, Lycées …)…

 

  • Des collaborations et synergies avec d’autres pôles de compétitivité : DREAM, HYDREOS, MER Méditerranée, DERBI, membres du réseau des Pôles Eco-Tech et plus largement de 650 acteurs de l’eau au travers de France Water Team (avec les clusters Ea-écoentreprises – PACA, Eco-Origin – Bretagne, et Eaux-Milieux-Sols – Ile de France).

 

  • Des accords de partenariats technologiques avec les USA (The Water Council), Singapour (Public Utility Board et Singapore Water Association), et la Grande Bretagne (British Water) et collaborations à l’international avec Allemagne (German Water Partnership), Corée du Sud (Korean Water Association), Espagne (Catalan Water Partnership), Pays-Bas (The Water Alliance).

Animateurs SRI

Jean-Michel Clerc, jean-michel.clerc@agence-adocc.com

Bernadette Conti, bernadette.conti@agence-adocc.com

Yvan Kedaj, yvankedaj@swelia.com